Accueil du site

Soutenance de thèse de Vincent BENEZECH   


Vincent BENEZECH soutient sa thèse de doctorat


Date : 16 octobre 2013

Heure : 14h00

Lieu : Salle M001, ENPC, 6-8 avenue Blaise Pascal - Cité Descartes - 77400 champs sur Marne


Titre : Passengers’ experience of quality of service in urban transport networks : a stochastic approach


Composition du jury :

  • Eric Cornelis, université de Namur, rapporteur
  • David Watling, université de Leeds, rapporteur
  • Christine Buisson, ifsttar
  • Winnie Daamen, université de Delft
  • Klaus Nökel, PTV, Karlsruhe
  • Gérard Scemama, ifsttar
  • M. Fabien LEURENT, Ecole des ponts ParisTech, Directeur de thèse


Résumé  :

Ce travail a pour but une meilleure compréhension de la qualité de service et de son impact sur le comportement des voyageurs. Il s’intéresse plus particulièrement à deux phénomènes, étudiés séparément dans les deux parties de cette thèse : la fiabilité dans les transports en commun et la représentation des conditions d’accessibilité au niveau des zones d’analyse de transports. Dans les deux cas, l’étude fait appel aux techniques de modélisation stochastique. C’est pourquoi nous commençons par une revue des principaux modèles d’affectation stochastique, en insistant tout particulièrement sur la prise en compte de la variabilité.

La première partie examine l’impact du manque de fiabilité sur les usagers des transports. La différence entre la perspective des passagers et celle de l’opérateur est mise en avant. Les passagers font en général l’expérience de conditions de transport bien moins bonnes que ce que les moyennes du côté opérateur pourraient laisser penser. Un modèle de la charge de passagers, basé sur la distribution des temps inter-arrivées, permet de mesurer cet effet à travers le confort en véhicule et le temps généralisé. Une approche plus micro-économique est ensuite adoptée : nous développons un modèle de scheduling pour les lignes à forte fréquence qui nous permet de mesurer précisément l’impact de l’irrégularité des temps inter-arrivées, d’un point de vue économique et comportemental. La première partie se termine par une étude des choix d’itinéraires par les voyageurs réguliers d’une gare en grande couronne parisienne. En analysant conjointement les horaires de trains observés, les résultats d’une enquête à quai et des données de télébilletique, nous décrivons la réaction des voyageurs faisant face à l’irrégularité et expliquons comment il est possible de les modéliser.

Dans la deuxième partie, nous nous intéressons à la représentation erronée des conditions d’accessibilité au niveau de la zone résultant de l’utilisation de centroïdes. Une revue des bonnes pratiques concernant la délimitation des zones et le choix des connecteurs montre que seules des améliorations marginales sont à espérer. Nous proposons alors un modèle d’affectation routière spatialement désagrégé qui ne nécessite aucune modification des zones ou des connecteurs : la distribution spatiale des extrémités des déplacements est modélisée à travers des temps d’accès stochastiques. Ce modèle permet de mieux prendre en compte les trajets terminaux dans le processus d’affectation. Enfin, nous explorons la possibilité d’étendre ce modèle à l’affectation en transport en commun.