Accueil du site

Soutenance de thèse de doctorat : Jean-François Ruault    


Titre :

L’effet de la consommation de passage sur le développement et l’intégration métropolitaine des territoires en Ile-de-France


Date de soutenance : Jeudi 11 décembre 2014


Lieu de soutenance :

Amphithéâtre de l’IFSTTAR Bâtiment Bienvenue 14-20 Boulevard Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F-77447 Marne la Vallée Cedex 2


Composition du jury :

- M. Francis AUBERT, Professeur à Agrosup Dijon

- M. Guy BAUDELLE, Professeur à l’Université de Rennes 2 - Haute Bretagne

- M. Daniel BÉHAR, Professeur à l’Université Paris Est Créteil

- M. Laurent DAVEZIES, Professeur au Conservatoire National d’Arts et Métiers, Paris

- Mme. Marie-Hélène MASSOT, Professeure à l’Université Paris Est Créteil

- M. Richard G. SHEARMUR, Professeur à l’Université de McGill, Montréal


Résumé :

L’importance du tourisme dans l’économie locale renseigne généralement le rôle de l’importation de demande finale dans le développement territorial ; ce rôle est objectivé dans le cadre d’enquêtes et d’outils statistiques permettant d’appréhender et chiffrer les transferts de richesses induits par la consommation des touristes. Pour autant, parmi les consommateurs qui visitent un territoire et y consomment, tous ne sont pas des touristes au sens de l’INSEE : ils ne dorment pas sur place, ils rentrent chez eux le soir. Cette consommation non portée par des touristes, que nous nommons « consommation de passage », n’a aujourd’hui que peu de réalité, n’étant ni définie officiellement ni repérée à quelque échelle territoriale que ce soit ; elle est ainsi méconnue, dans son ampleur et ses effets sur les transferts de richesses interterritoriaux.

Avec la région capitale pour cadre empirique, la thèse privilégie ici un terrain soumis à de multiples mobilités pour soulever deux hypothèses. La consommation de passage des Franciliens en Ile-de-France serait tout d’abord un vecteur de développement territorial non négligeable au niveau infrarégional. Ensuite, en connectant les territoires, la consommation de passage contribuerait à l’intégration métropolitaine. Afin de tester la validité des deux hypothèses, ce travail adopte une approche circulaire de l’économie, et développe une méthode de suivi des richesses, depuis la dépense initiale jusqu’à la rémunération salariale en bout de course. L’exercice nous conduit in fine à chiffrer les retombées économiques de la consommation de passage et à mesurer l’intensité des liens interterritoriaux qu’elle produit.


Abstract :

Tourism gives an overview about the role that imported final demand can play in regional economics in general and, in particular, as an engine to community development. This role can be observed through surveys and statistical tools that enable us to understand and quantify generated money flows. However amongst external consumers some of them are not tourists in a classical sense : they do not stay overnight but instead go back home at night. Contrary to world tourism organization, we are less concerned about the unusual environment criterion to define and observe same-day consumers : any money inflows provided by external consumers spendings contribute to community development, unusual environment or not. Therefore we use the term “passing trade” to talk about all same-day consumers.

This thesis is about the economic impacts of passing trade. Empirical analyses took place in Paris Region due to its metropolitan favourable context for mobility activities, in particular shopping trips. The thesis then provides support for two hypothesis. The first one is that passing trade can be a significant factor for community development at subregional levels. By connecting areas, the second hypothesis is that passing trade can contribute to metropolitan integration. In order to test these hypotheses, we adopted a circular economy approach, and developed a method for tracking money flows, from the initial spendings to the final wages. In the end, this study led us to quantify money flows amounts, economic impacts and the intensity of spatial interlinkages generated by passing trade.


Page personnelle de Jean-François Ruault