Résumé de la thèse de Thomas Moroni

Produire et maintenir la fluidité. La construction de la régulation des flux de piétons dans les gares ferroviaires franciliennes.

Les mutations contemporaines du domaine des gares (réorganisation institutionnelle dans un contexte d’ouverture à la concurrence des transports ferroviaires de voyageurs, modèle économique de valorisation commerciale dans les grandes gares, croissance de la fréquentation…) renouvellent l’intérêt des acteurs pour la « gestion des flux » de piétons en gare et bouleversent leurs modalités de travail. En Île-de-France, la réorganisation des circulations de voyageurs sur les réseaux urbains selon une logique dite de « mass transit » transforme également les pratiques et les dispositifs de gestion des flux. Dans ce contexte, la thèse s’intéresse aux processus de régulation des flux de piétons dans les gares d’Île-de-France, qu’elle envisage comme la « production et la maintenance de la fluidité » de l’infrastructure. La construction de la « fluidité » – l’idéal gestionnaire du contrôle des flux – est analysée autour de trois activités de gestion des flux de piétons : le travail opérationnel de supervision des gares ; la définition et la conception des cheminements des piétons ; l’élaboration et l’agencement de la signalétique. Ces activités sont appréhendées au sein d’« arènes techniques » dans lesquelles des systèmes d’acteurs construisent collectivement la régulation des flux de piétons pour différents espaces et temporalités de fonctionnement de l’infrastructure. Le cadre théorique élaboré pour rendre compte de ces processus articule trois approches principales : la régulation sociale, la sociologie de la négociation et la théorie de l’action collective en sciences de gestion. La thèse repose sur une enquête ethnographique menée auprès des professionnels franciliens qui conçoivent, aménagent, gèrent et exploitent les gares. Elle a été réalisée dans le cadre d’une CIFRE chez AREP, bureau d’études pluridisciplinaires et agence d’architecture filiale du groupe SNCF Gares & Connexions.

Mots clés : Fluidité ; gares ferroviaires ; gestion des flux de piétons ; régulation ; mobilité

Thomas Moroni’s Ph-D abstract

Producing and maintaining fluidity. The construction of pedestrian flow regulation in Ile-de-France railway stations.

Contemporary changes in railway stations (institutional reorganization in a context of liberalization or rail transport, business model for commercial enhancements in large stations, growth in station traffic) are renewing the interest of the operators in the “management of pedestrians flows“ and transform the way they work. In the Paris region, the reorganization of passenger traffic on urban networks according to a logic known as “mass transit“ is also modifying the practices and techniques of flow management. In this context, the thesis focuses on the processes of regulation of pedestrian flows in Ile-de-France railway stations, understood as the “production and maintenance of fluidity“ of the infrastructure. The construction of “fluidity“ – the managerial ideal of flow control – is analysed around three pedestrian flow management activities: the operational work of the railway station supervision; the design of pedestrian paths; the design and spatialization of railway stations wayfinding system. These activities are studied within “technical arenas“ in which systems of actors collectively construct the regulation of pedestrians flows for different spaces and temporalities of the infrastructure. The theoretical framework developed to account for these processes articulates three main approaches: the theory of social regulation, the sociology of negotiation and the theory of collective action in management sciences.  The thesis is based on an ethnographic survey of professionals in the Paris region who design, develop, manage and operate railway stations. It was carried out through a CIFRE contract at AREP, an architectural agency subsidiary of the SNCF Gares & Connexions group.

LINKEDIN
SOCIALICON