Accueil du site

Soutenance de thèse de Matias GARRETON   


Thèse de doctorat



Date : Le 5 décembre 2013 à 10h30

Lieu : A l’ENPC - amphithéâtre Navier.

Sujet : Inégalités de mobilité dans le Grand Santiago et la Région Ile-de-France. Politiques de logement, des transports et gouvernance métropolitaine.



Direction :

Marie-Hélène MASSOT, Professeur, Université Paris Est.

Codirection :

Oscar FIGUEROA, Professeur, Universidad Católica, Chili

Composition du Jury :

  • Mme. Françoise DUREAU, Directeur de Recherche Honoraire, Université de Poitiers
  • M. Claude LACOUR, Professeur Emérite, Université de Bordeaux IV
  • M. Laurent DAVEZIES, Professeur, Conservatoire National d’Arts et Métiers
  • M. Patrick LE GALES, Directeur de Recherche, Institut de Sciences Politiques
  • M. Jean-Pierre ORFEUIL, Professeur, Université Paris Est



Résumé :

La concentration de l’humanité en métropoles vastes, fluides et complexes, leur ségrégation sociale et leur empreinte écologique, soulignent l’importance d’adapter les techniques de diagnostic social et les instruments de gouvernance aux enjeux urbains contemporains. En particulier, la régulation des tensions sociales au sein des grandes agglomérations nécessite une meilleure compréhension des conditions qui peuvent entraver l’excercise du droit à la ville, que nous concevons comme une synthèse de capacités socio-économiques et politiques. D’une part, l’analyse des inégalités de mobilité urbaine, définies comme une accumulation d’handicaps de localisation résidentielle et de déplacements quotidiens, permet de développer un diagnostic intersectoriel de ce type d’injustices socio-spatiales. D’autre part, l’étude de l’évolution des arènes de gouvernance métropolitaine montre les interactions entre la critique aux institutions, alimentée par les inégalités sociales, et les réponses sectorielles souvent inadéquates, qui reproduisent les rapports de domination et affaiblissent la cohésion sociale. Finalement, la garantie du droit à la ville dans le Grand Santiago et la Région Ile-de-France exigerait des innovations techniques et politiques complémentaires, implémentées à niveau des bassins de vie et coordonnées par des institutions métropolitaines solidaires.