Accueil du site

Soutenance de thèse de Clément COLIN   

lieu de thèse à compléter puis mettre en ligne


Thèse de doctorat



Date : Lundi 16 décembre 2013 à 15h.

Lieu : A l’ENPC - Salle B203

Sujet : « Patrimoine du présent, fondements et limites : les équipements producteurs d’électricité dans les vallées de la Loire et du Rhône ».

Heritage of the present’s foundations and limits : equipments producing electricity in the valleys of the Loire and the Rhône.



Direction :

  • Nacima BARON-YELLÈS, Professeur à l’Université Paris-Est – Marne la vallée
  • André JULLIARD, Chargé de recherche au CNRS, IDEMEC, co-directeur de thèse


Composition du Jury :

  • Jean-Louis KEROUANTON, Maître de conférences à l’Université de Nantes, co-encadrant de thèse
  • Corinne LARRUE, Professeur à l’Université Paris Est – Créteil
  • Jean-Paul BRAVARD, Professeur émérite à l’Université de Lyon II
  • Vincent VESCHAMBRE, Professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon



Résumé :


L’extension de la patrimonialisation à de plus en plus d’objets et d’espaces est un phénomène étudié en sciences sociales depuis les années 1980. Elle n’est cependant abordée que sous le seul angle de la protection et de la reconnaissance « officielle » dont les critères de sélection sont établis par les agents de l’administration de la conservation patrimoniale (ABF, DRAC). L’analyse de la revendication patrimoniale de certaines industries encore en fonction par les élus locaux, les habitants et ses propriétaires invite à interroger la notion de patrimoine. Comment penser ces objets et les processus sociaux et territoriaux qui leur sont associés ? Afin d’aborder ce phénomène, la thèse propose la notion de « patrimoine du présent ». Construite en opposition avec le « patrimoine du passé », elle me sert à aborder l’extension patrimoniale, ses fondements et ses limites. La recherche se base sur des enquêtes de terrain menées auprès d’acteurs territoriaux agissant directement ou indirectement sur la patrimonialisation des territoires fluviaux dans les vallées de la Loire et du Rhône. Soixante-neuf entretiens semi-directifs permettent de restituer en partie les imaginaires, les mémoires et les représentations liés à ces espaces. Dans ce cadre, la thèse s’intéresse à certains équipements producteurs d’électricité, en particulier aux centrales hydroélectriques, thermiques ou nucléaires encore en fonctionnement et que je considère, par leurs différentes caractéristiques, comme des exemples de « patrimoines du présent ».


Mots clés : patrimoine du présent, territoire, fleuve, activité industrielle, Loire, Rhône.



Summary

Heritage’s approach is a phenomenon in extension concerning more and more objects and areas, and being studied by social sciences since the 1980s. It is, however, addressed only from the angle of protection and « official » recognition, the criteria of which are determined by agents of the administration of heritage conservation (ABF, DRAC). Claims of local officials, residents and owners regarding heritage’s characteristics of some industries still operating, invite me to examine the notion of heritage. How can we conceptualise these objects and social and territorial processes associated with them ? In order to discuss this, this dissertation proposes the notion of « heritage of the present ». Constructed in opposition to the « heritage of the past », it helps me to understand the heritage extension, its foundations, and boundaries. The research is based on field surveys conducted with local actors acting directly or indirectly on the heritage river areas in the valleys of the Loire and the Rhone. Sixty-nine semi-structured interviews are used to restore some of the imaginary, memories and representations related to these areas. I choose to focus on some power plants, especially hydro, thermal and nuclear power plants still functioning, which objects I consider, by their characteristics, to be examples of « heritage of the present ».


Keywords : heritage of present, territory, river, industrial activities, Loire, Rhône.