Accueil du site

Séminaire Modélisation des réseaux de transport : 28 mai 14h amphi Cauchy   


- Vendredi 28 mai 2010
- Ecole des ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, Amphi Cauchy plan d’accès
- De 14h à 17h

Les organisateurs du séminaire de modélisation des réseaux sont : l’Ecole des Ponts ParisTech Contact V. Aguiléra , l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (contact M. Roussignol) et l’INRETS (contact MM. Aron et Lebacque,au GRETIA ).


Programme des séminaires précédents


Programme

14H à 15H 30. B. Schnetzler, X. Louis et J.P Lebacque : Hétérogénéité du trafic et modèle générique du second ordre

Dans le cadre des modèles macroscopiques de trafic, on examine l’apport de la prise en compte de l’hétérogénéité du trafic, en particulier en utilisant la mesure de la longueur des véhicules. On utilise pour cela le formalisme mathématique du "Modèle Générique du Second Ordre" (GSOM - Generic Second Order Model). Cette formalisation conduit à une généralisation du modèle du premier ordre- aussi appelé modèle LWR (Lighthill - Whitham - Richards) - de mise en oeuvre simple. On montre qu’il est ainsi possible de fabriquer des modèles qui ont un potentiel explicatif élevé.

15H 30 17 H. Jean Patrick Lebacque (INRETS/GRETIA) : Les modèles de trafic : du microscopique au macroscopique

Le trafic automobile peut être décrit comme un ensemble de véhicules en interaction. Ces interactions ont été étudiées avec soin et ont permis de dégager un grand nombre de "lois" et de comportements d’interaction. Ceux-ci permettent de construire des modèles microscopiques et nanoscopiques très utiles, en particulier pour la conception et pour la simulation à petite échelle du trafic. Cependant pour nombre d’applications telles la gestion du trafic, la planification et l’évaluation, il n’est ni souhaitable ni possible de disposer de la dynamique des véhicules individuels et l’utilisation de modèles macroscopiques s’impose. Deux méthodes principales sont envisageables pour construire un modèle macroscopique : partir directement de propriétés macroscopiques observées (ondes de choc, diagramme fondamental etc) que l’on intègre dans un modèle physique de type hydrodynamique, ou bien partir du comportement microscopique et agréger celui-ci pour déduire le comportement à grande échelle du trafic. Dans la perspective de l’émergence de systèmes de transport de type coopératif, avec des interactions de communication entre véhicules ou entre véhicules et système, il devient important de pouvoir prédire les spécificités du comportement macroscopique induit par ces interactions.

L’objet de la présentation est d’aborder ce problème de passage du microscopique au macroscopique dans le domaine du trafic automobile. Le problème est difficile : les véhicules sont trop nombreux pour que l’on puisse connaître tous les éléments nécessaires à la description et à la prédiction de leurs trajectoires et en déduire un comportement macroscopique, mais ils ne sont pas assez nombreux pour qu’on puisse leur appliquer les concepts de la physique des milieux continus. L’exposé rappellera dans un premier temps un certain nombre d’outils et méthodes classiques pour l’agrégation issus de la physique (modèles cinétiques, comportements émergents, systèmes complexes) et des mathématiques (systèmes dynamiques : variétés centrales et inertielles,solutions de viscosité, homogénéisation). Dans un deuxième temps, l’exposé examinera quelques exemples de passage micro-macro dans le domaine du trafic véhiculaire sur route et autoroute : dérivation de modèles macroscopiques à partir de lois de poursuite et modèles cinétiques pour le trafic. On abordera également des exemples d’agrégation pour très grands réseaux : approximation du trafic sur un réseau par un écoulement de trafic bidimensionnel dans un plan, et diagramme fondamental d’une agglomération. En conclusion, l’exposé décrira quelques aspects du problème inverse : comment passer d’un modèle de trafic macroscopique à un modèle microscopique compatible (discrétisation lagrangienne).


Prochains séminaires

- Jeudi 10 Juin : 14H à 17H amphithéâtre Navier à l’ENPC

    • Megan Lebacque (ENPC) modèle REALITY : Road Emission Activity-Linked based InvenTorY : un modèle de calcul dynamique d’émissions de polluants produites par le trafic (titre provisoire)
    • Matthieu De Lapparent (INRETS/DEST) : Optimisation inter-temporelle et choix discret (titre provisoire)


      - Jeudi 1er Juillet : 14H à 17H amphithéâtre Navier à l’ENPC
    • Jean-Michel Auberlet (LEPSIS/INRETS) Modélisation des piétons
    • Aude Hofleitner (INRETS/GRETIA) Modélisation statistique du trafic et estimation à partir de données diffuses de géolocalisation
    • 3e exposé à définir