Accueil du site

Projet :optimisation logistique et écoconception   


L’objectif est la conception optimisée de réseaux et de services de transport, pour des voyageurs ou du fret, et même, à terme, de schémas d’affectation de l’espace pour la planification territoriale. Il s’agit de coupler un modèle de fonctionnement d’un système concret et un modèle d’optimisation agissant sur certaines variables d’état, afin d’atteindre une performance satisfaisante au regard d’une batterie de critères préalablement définis. Dit autrement, il s’agit de compléter la modélisation offre-demande en faisant apparaître les problèmes stratégiques des offreurs, leurs enjeux économiques et leurs formes de production pour dégager du profit compte tenu de la structure de la demande (en volume et en préférences) et de la structure de l’industrie (donc des acteurs complémentaires ou concurrents pour l’offre). Pour passer d’une logique d’optimisation financière à une logique de développement durable, il faut spécifier une batterie adéquate de critères de performance, et transformer le domaine d’action en considérant de nouvelles variables stratégiques.

Le propos de l’équipe concerne l’optimisation de l’offre en transport et logistique, en y incluant la configuration des réseaux de transport (liens de transport, nœuds de transit et de traitement logistique) et l’exploitation des services de transport et de logistique ; ainsi que, à terme, l’optimisation de l’organisation spatiale dans un territoire. Evidemment « l’optimisation » a une portée plus relative qu’absolue.

Les projets de recherche entrepris concernent :

- Conception optimisée d’un réseau de transport collectif en agglomération. Le mode des transports collectifs de voyageurs est destiné à concentrer les déplacements en flux pour les acheminer dans des véhicules de grande capacité sur des distances moyennes ou longues. En fait le mode comprend plusieurs sous-modes : autobus et autocar (aux tailles variables), tramway, métro, train. Chaque sous-mode est une combinaison spécifique entre la dimension du flux et la gamme de distance, qui conditionne la fréquence à offrir pour satisfaire la demande. Une ligne de TC trace un corridor de transport qui dessert un courant de déplacements : corridor d’autant plus large et courant d’autant plus abondant que le rabattement des voyageurs est mieux conçu et organisé jusqu’aux stations de la ligne. Pour desservir un territoire urbanisé, il faut acheminer des courants aux axes très variés, et il convient d’articuler un ensemble de lignes en facilitant les correspondances. La structuration des lignes en réseau et la hiérarchisation des sous-modes sont capitales pour l’efficacité d’ensemble du système modal. L’équipe recherche des critères d’évaluation pour une configuration de réseau, et des principes pour concevoir le développement d’un réseau en tirant parti des qualités spécifiques des sous-modes et des possibilités concrètes d’insérer telle ligne sur tel corridor. On s’intéresse en particulier au développement de rocades ferrées pour l’agglomération parisienne, et à leur alimentation en voyageurs par des lignes complémentaires ferrées ou routières.

    • Réf. : LI S., doctorant

- Le partage de bicyclettes en milieu urbain, comme le système Vélib à Paris, constitue un mode innovant en transport de voyageurs, couplé à un problème de transport de fret pour rééquilibrer les vélos et vacants entre les stations, et à un problème de traitement logistique pour maintenir les vélos en condition opérationnelle. L’équipe s’intéresse au dispatching des vélos dans les stations, et recherche une optimisation en temps réel pour les tournées des camions de rééquilibrage.

    • Réf. : stage d’été

- Plus largement, l’équipe s’intéresse aux « modes intermédiaires » en transport de voyageurs en milieu urbain et périurbain : à comment mutualiser des moyens de transport, véhicules, stations, conducteurs etc entre des usagers afin de desservir des courants de trafic pour lesquels ni le transport collectif ni le transport individuel ne sont pertinents. Le développement des technologies de l’information et de la communication a rendu possible des interactions plus riches non seulement entre les ressources fixes ou mobiles et le centre d’exploitation, mais encore entre l’usager et l’exploitant du service, voire même entre plusieurs usagers. Fin 2008 deux projets de recherche sont en cours d’élaboration ; l’un en partenariat avec l’Inria-Imara et le Laboratoire d’Informatique de Polytechnique (LIX) et l’entreprise d’innovation MacAuto ; l’autre dans le cadre de ParisTech et du groupement IDEA League.