Accueil du site

Ce contenu en | this content in - Français | English

Felipe José Garcia Castello  

Situation actuelle

J’ai été embauché à la RATP en 2008 en coopération avec laquelle j’ai conduit ma recherche doctorale en convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE).
Je suis chargé de mission au Département du Développement et de l’Action Territoriale, Unité Etudes et Modélisation
Adresse : RATP, 54, quai de la Rapée, 75599 Paris CEDEX12

Ma thèse de doctorat au LVMT

Ma thèse de doctorat a été financée par une convention CIFRE entre le LVMT, laboratoire commun à l’Ecole des Ponts ParisTech, l’UPEMLV et l’INRETS d’une part et la RATP, précisément à l’Unité Etudes et Modélisation du Département du Développement et de l’Action Territoriale, d’autre part.

Titre de la thèse : La mobilité d’achat des particuliers : analyse systémique et éléments de modélisation désagrégée. Le cas de la région Île-de-France
Mots-clés : achat, consommation, mobilité, déplacement, individu, ménage, politique de transport, modèle désagrégé, fonction d’utilité, modèle Logit, système, mode de transport, destination, établissement commercial, motif, échantillonnage, programme d’activités, valeur du temps.

Résumé
Cette thèse a proposé quelques développements pour améliorer la modélisation appliquée de la mobilité liée à l’activité d’achat de la population d’une agglomération.
Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur un schéma de principe du processus de caractérisation de cette mobilité pour ensuite nous focaliser sur quelques aspects de sa modélisation désagrégée. Dans ce schéma nous avons considéré que cette mobilité est définie au sein d’un ménage en répondant à quatre questions posées simultanément (qui ?, où ?, comment ? et quoi ?).
Pour construire notre schéma nous avons analysé les motivations à l’origine de l’activité d’achat, ainsi que l’identification des acteurs intervenant dans le système, des mécanismes déterminant leurs interactions et des facteurs participant aux processus. Nous avons également étudié les différents outils d’observation existants et nous avons analysé empiriquement le comportement de déplacement des particuliers franciliens quand ils se déplacent pour une activité d’achat.
Nous avons également réalisé une recherche bibliographique approfondie sur les modèles microéconomiques de choix discret utilisant des fonctions d’utilité pour simuler les choix de déplacement des particuliers.

Cette recherche théorique a été complétée par l’identification et la description de plusieurs modèles opérationnels de choix, tant au niveau international qu’en région Île-de-France.
Ensuite, nous avons construit le schéma de principe proprement dit, et nous avons sélectionné ultérieurement quelques-uns de ses aspects pour développer plusieurs applications numériques : échantillonnage des destinations alternatives, formation des groupes d’achat, prise en compte des sous-motifs d’achat, analyse de la distribution de la valeur du temps, utilisation de structures de corrélation complexes…

Finalement, nous avons étudié l’importance de la prise en compte spécifique des mobilités secondaires comme les achats dans les modèles opérationnels. Nous avons illustré cette affirmation avec le test de l’impact de politiques de transport (péage urbain et tarification des transports en commun) et d’une redistribution spatiale des activités.
Les contributions principales de notre thèse consistent en l’utilisation d’une approche systémique pour décrire les processus complexes de caractérisation de la mobilité avec motif achat et l’utilisation de techniques peu utilisées actuellement en France tant par les équipes de recherche que par les opérateurs et les acteurs institutionnels.