Accueil du site

Dossier de Recherche N°11 - juin 2007   

Réguler les mobilités urbaines en automobile par les localisations résidentielles : quels enjeux pour la métropole francilienne ?


Marie-Hélène Massot et Emre Korsu

Depuis trente ans, les métropoles se développent en s’étalant, au prix d’une spécialisation sociale et économique croissante des territoires qui les constituent. De nombreux travaux montrent que ce modèle de « ville diffuse » entraîne de lourdes conséquences en termes de distances parcourues, de dépendance à l’automobile et, par conséquent, de consommation d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre. La bibliographie témoigne cependant de la rareté de travaux empiriques dans le contexte des métropoles françaises.

L’équipe Métropolisation et Mobilités de l’UMR LVMT travaille sur la régulation de la forme urbaine et des mobilités. Son modèle de simulation permet de mesurer les potentiels de réduction du trafic automobile par le rapprochement des logements des ménages d’actifs éloignés de leurs lieux de travail. Ces simulations, appliquées à la métropole francilienne, reposent sur des hypothèses comportementales relatives à la mobilité quotidienne et à la localisation résidentielle des ménages. Le modèle, à l’instar d’une mécanique, mesure des potentiels et ne constitue en rien une « réaction » à telle ou telle mesure politique.

PDF - 634.4 ko