Accueil du site

Paolo Chevalier  

Téléphone : 01 81 66 89 23



Publications dans HAL



MINI BIO



Consultez mon CV

J’ai débuté une thèse en cotutelle (Université Paris-Est et Universitat Autònoma de Barcelona) en octobre 2015 sous la direction de Caroline Gallez (LVMT), Juan Antonio Módenes Cabrerizo (UAB – CED) et le tutorat de Sandrine Wenglenski (UPEM- LVMT). Voir UAB-CED mon laboratoire d’accueil en Espagne

J’ai une formation de sociodémographe

CHAMPS DE RECHERCHE

- Mobilité quotidienne, coûts de la mobilité, injonction à la mobilité ;
- Mobilité résidentielle, « choix » résidentiel, trajectoire résidentielle ;
- Changements urbains : politique publiques, déversement sectoriel, périurbanisation et étalement urbain, gentrification, ségrégation spatiale ;
- Méthodologies quantitatives (Enquête ménages déplacements/Encuesta de movilidad cotidiana, recensement de la population, données GPS) et qualitatives (entretiens semi-directifs, biographie résidentielle)

THESE DE DOCTORAT


Titre provisoire Une approche spatio-temporelle de la relégation spatiale des plus pauvres dans les métropoles européennes : l’exemple de Barcelone et de Marseille.
Résumé de thèse

Pour réduire la distance de sa navette quotidienne pour aller travailler ou étudier, un individu peut être amené à accomplir une migration résidentielle. Cependant, une tendance se pérennise dans les aires urbaines : à mesure que leur poids démographique augmente et que les conditions de déplacement quotidien s’améliorent, les villes s’étalent et la distance des navettes au sein de cet espace s’allonge. Les dynamiques des transformations urbaines et des cycles d’habitat se font à l’avantage des catégories socio-économiques les plus aisées qui jouissent d’une localisation dans les quartiers centraux ou les périphéries bien connectées de ces agglomérations. L’allongement de ces navettes peut-il être révélateur d’une vulnérabilité résidentielle et professionnelle des catégories socio-économiques les plus pauvres ? Pour aborder cette problématique, nous nous appuierons sur une étude comparative des habitants des régions métropolitaines de Marseille et de Barcelone. L’analyse de la relégation spatiale de certains habitants sera évaluée à partir d’une analyse quantitative de données classiques de la démographie, des données GPS et d’entretiens semi-directifs.