Accueil du site

Axe 3. Interactions Ville–Transports : agencement des lieux, urbanisme des transports collectifs, modélisation intégrée   


Animateurs : Alain L’HOSTIS et Nicolas COULOMBEL



Ce thème est centré sur les interactions entre la ville et les transports, à travers une approche morphologique et fonctionnelle de l’emboîtement des échelles et des flux, de l’échelle de l’îlot à celle de la ville, voire, pour certains lieux (gares de TGV, aéroports,…) à l’échelle régionale ou continentale. Il s’intéresse tout particulièrement à des objets et à des lieux singuliers : gares, pôles d’échanges, axes de transport, places, … et à leur rôle dans l’agencement des espaces et des fonctions urbaines. Il interroge les principales théories ou figures urbaines, jusqu’au Transit-Oriented Development. Il postule que la posture d’aménageur est légitime pour une exploration prospective de la ville, des territoires et des transports selon différents scenarios possibles. Enfin, ce thème regroupe les différentes formes de modélisation intégrée de la ville (modèles Land Use - Transport Interaction, automates cellulaires, …), les interactions entre ville et transports étant au cœur de ces modèles.


Il se décline selon les sous–thématiques suivantes :


Les gares comme nœuds de transport et lieux urbains : analyser et concevoir une gare comme pôle d’échanges agencé en faveur de l’intermodalité pour accueillir des nouvelles formes modales (ex. Vélib), et conjointement comme centre d’un développement urbain plus parcimonieux en ressources, dans une approche systémique intégrant la localisation des individus, des entreprises et des infrastructures de transport. En incluant des études économétriques à l’échelle des « mega-city regions » (liens entre gares TGV et spécialisation économique ; gares TGV et navettes longue distance, …), et des approches modélisatrices mettant en avant l’entité « gare ».


L’urbanisme des transports collectifs (pour TOD, Transit-Oriented Development) : concevoir diverses modalités de congruence entre développement urbain (agencement du cadre bâti, des équipements, des fonctions) et système de transport plurimodal. La recherche explore des formes de développement urbain (focalisé, corridor, réseau de points, …) en relation aux formes spatiales des réseaux de transport collectif, en s’appuyant sur des études de cas à l’échelle « mésopolitaine » (gares, corridors ferroviaires).


Modélisation intégrée de la ville : modéliser la co-évolution de la ville et du système de transport. La modélisation pourra prendre plusieurs formes : la modélisation Land Use – Transport Interaction, la modélisation par automates cellulaires, la modélisation multi – agents, … De même, cette sous-thématique regroupe des modèles à visée théorique et/ou opérationnelle. Les modèles constituent un objet d’étude en soi (méthodologie de calibration, validation), et un outil pour analyser et évaluer des scénarios.


Fonctionnement des marchés locaux et rôle du transport : comprendre et analyser les principaux mécanismes présidant au fonctionnement des marchés locaux (en premier lieu, immobilier, foncier, et emploi), et en particulier l’influence du système de transport sur ces marchés. Ceci inclut par exemple le rôle du transport dans le choix de localisation des ménages, ou l’impact d’une nouvelle infrastructure de transport sur les prix immobiliers. Ces questions sont éclairées grâce à la modélisation quantitative, notamment économique, et par des approches qualitatives. Cette sous-thématique est en lien avec la sous-thématique précédente, en ce qu’elle peut contribuer à alimenter les sous-modules des modèles intégrés (par exemple : le module de prix immobiliers, de choix de localisation des ménages, …)



Champs disciplinaires : urbanisme, aménagement, géographie, sociologie et anthropologie des espaces.